Vous aimez les livres anciens ? Nous aussi !

Des ateliers en ligne, un blog, une boutique…

De grands chantiers en ce début d’année ici, d’une part mon QG de campagne qui se refait une jeunesse et puis le site internet car essentiam.fr va devenir lamaisondeslivresanciens.fr

Cette courte vidéo montre l’avancée des travaux informatiques et le programme du nouveau site.

Les « ateliers » sont la grande nouveauté du site : toujours désireuse d’ouvrir les portes de la maison à un large public, je tiens à ce que certains ateliers soient gratuits.
Internet permet de réaliser de plus en plus d’activités ; suivre une formation ou une conférence en ligne en pouvant interagir avec le contenu et avec les autres participants est une expérience originale et enrichissante. Il est bien probable que nous puissions également organiser des évènements en direct, si la demande l’exige.

Je prévoie l’ouverture d’ateliers dans différents domaines (connaissances, conservation, informatique) et pour différents publics (particuliers, professionnels) avec des « animateurs » compétents dans leur domaine. Depuis plusieurs années, notre site Essentiam a réunit des lecteurs et amateurs de livres en tout genre, et dont certains sont spécialistes dans des thématiques précises. Il est grand temps qu’ils nous fassent part de leur expérience et de leur savoir.

Alors…

  • C’est le moment de m’indiquer les sujets des ateliers que vous souhaitez que l’on réalise, que vous soyez particuliers ou professionnels du livre. Exprimez-vous en utilisant les commentaires.
  • C’est également le moment de postuler pour animer votre propre atelier et nous faire découvrir les richesses des livres anciens. Contactez-moi par mail !
Share this post



9 thoughts on “Des ateliers en ligne, un blog, une boutique…

    • Michel merci, je suis impatiente aussi de lancer ce projet, mais j’ai « la pression » et le trac. Toutefois j’apprends tellement de choses à l’écoute des gens, en essayant de transmettre, que mon plaisir devient un véritable moteur.
      J’avais prévu d’ouvrir le nouveau site avec plusieurs ateliers déjà en place, je crois que c’est une fausse excuse qui me maintient dans l’angoisse de la caméra… Pour me décrisper et me permettre de construire avec vous tous, il conviendrait de lancer le site quasi tel quel, et de publier les ateliers au fur et à mesure.
      Cela permettrait aussi d’adapter ma façon de faire en fonction de vos commentaires (sur le plan technique) et de vos attentes aussi.
      De même cela donnerait envie à d’autres intervenants de nous faire partager leurs connaissances et leurs découvertes.
      Le mois de Mars approche, c’est un mois symbolique de la force et du courage… et cela j’en ai besoin 😀

  1. Coucou Céline, juste un petit message de soutien pour te dire combien ta vidéo sur l’avancée de ton nouveau site m’a scotché, une vraie petite professionnelle et je reconnais bien là la femme passionnée et ambitieuse que j’ai eu la chance de rencontré lors de notre formation.
    Je te souhaite de t’épanouir dans ton futur projet et par la même occasion toute la réussite que tu mérites grandement. Marc

    PS: je suivrai avec attention l’évolution de ton projet.

  2. Un projet enthousiasmant ! Bravo pour cette jolie vitrine que j’ai découverte récemment et qui donne une excellente image de tout ce qui tourne autour du livre ancien.
    Pour ma part je serais intéressée par un atelier qui permettrait de reconnaître les différentes peaux (j’hésite encore entre veau et basane sur des livres du XVIIIe s.).

    • Avec plaisir Régine, je pense que ce sujet sera largement abordé dans les ateliers qui concerneront les travaux de nettoyage des livres. Je peux vous indiquer un article qui date un peu (mais pas le principe) où il est question de reconnaissance : http://www.essentiam.fr/comment-reconnaitre-le-cuir-des-reliures-depoque/
      La surface de la basane montre des asperités minuscules et éparpillées, ce sont les traces de l’implantation des poils (laine devrais-je dire), tandis que la surface du veau ne présente pas de « petits trous ». La difficulté est d’arriver à faire la distinction entre les traces du follicule pileux et les épidermures ou tout autre défaut lié aux frottements d’usage du livre.
      J’essaierai de montrer de nombreux exemples et nous trouverons bien un moyen de faire des exercices pour s’entraîner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *